Sommeil et alimentation, quel lien entre les deux ?

Sommeil et alimentation

Le sommeil et l’alimentation de l’enfant sont deux piliers indissociables de sa croissance. En effet, si l’alimentation nourrit le corps, le sommeil lui, nourrit l’esprit. De plus, ils ont chacun un impact non négligeable l’un sur l’autre. Alors, comment trouver le bon équilibre entre ces deux sujets majeurs de la parentalité ? Que faut-il savoir ?

Sommeil et alimentation : tout ce qu'il faut savoir

Il n’est pas toujours facile de trouver le bon rythme entre sommeil et alimentation, surtout au début lorsque bébé vient de naître. En effet, ce rythme est complètement différent de celui de l’adulte et propre à chaque enfant. Il est donc impossible de comparer celui d’un bébé à un autre. De plus, ce rythme va souvent évoluer pour s’ajuster aux besoins de votre tout petit. Cependant, certaines tendances se dessinent afin de vous guider selon l’âge et le développement de votre enfant. Elles peuvent vous servir de repères. Une règle d’or : pour l’alimentation comme le sommeil, c’est toujours à la demande !

Allaitement au sein ou allaitement au biberon, quelles différences sur le sommeil ?

Un bébé allaité au biberon va t-il faire ses nuits plus vite qu’un bébé allaité au sein ? C’est la question que se posent de nombreux parents. Il est vrai que de manière générale, il existe bien des différences de sommeil entre les deux. En effet, lorsque bébé est nourri au biberon, l’adulte va progressivement adopter un rythme et augmenter les quantités. Cela aura pour effet d’espacer les tétées. Un enfant qui va boire des biberons en journée toutes les 4 heures par exemple sait patienter. Il est habitué et n’écoute plus ses sensations de faim. Les quantités de lait au biberon sont plus importantes qu’au sein car le lait coule plus vite, sans effort pour l’enfant.

Un bébé allaité doit, quant à lui, faire cet effort pour prélever le lait. De ce fait, les quantités proposées à bébé sont contrôlées par le parent et souvent plus importantes en journée. Il est donc fort probable que ses plages de sommeil nocturne soient plus longues plus rapidement. Attention, cet apport de liquide trop rapide au biberon ou en trop grandes quantités peut entraîner des problèmes de digestion voire du reflux (le fameux RGO). Lorsque c’est le cas, fractionner les repas en proposant de plus petites quantités au biberon est recommandé pour le confort de bébé. 

Au sein, quelles différences ?

Le bébé aura besoin de téter toutes les 2 ou 3 heures car ses quantités seront moins importantes qu’au biberon (entre 80 et 150ml). C’est une très bonne chose, il est acteur de son allaitement et à l’écoute de sa faim et de ses sensations. Cela respecte également sa physiologie. Pour l’allaitement nocturne, on ne conseille pas de supprimer de tétées. En effet, cela peut entraîner des engorgements et une possible baisse de lactation. C’est pour cette raison qu’en général, un bébé allaité continue de téter la nuit jusqu’à 9/10 mois pour couvrir ses besoins nutritionnels sur 24h mais également afin de maintenir une lactation adaptée. Nous vous encourageons à faire confiance à votre bébé. Quand il sera prêt, le sevrage nocturne arrivera spontanément pour qu’il fasse enfin des nuits complètes vers 12 mois (ou bien plus tard, et c’est ok!).

Quel impact sur la croissance de bébé s'il arrête de téter la nuit ?

Il arrive parfois que, spontanément, des bébés allaités au sein arrêtent de téter la nuit vers 3 ou 4 mois (ce qui est tout de même rare). Si la maman a une hyper lactation et que les tétées sont efficaces en journée, il est probable qu’il couvre ses besoins nutritionnels en journée. De ce fait, il arrêtera de téter la nuit. Dans ce cas, nous recommandons à la maman de tirer son lait la nuit afin de ne pas risquer de baisse de lactation et ainsi compromettre son allaitement.

En complément, il est important de savoir qu’un bébé a besoin en moyenne de 700 à 800 ml de lait par 24h jusqu’à ce qu’il mange des repas complets. Si bébé n’a que 4 tétées par jour par exemple sur un allaitement dit classique (entre 80 et 150ml par tétée) et qu’il commence la diversification alimentaire, il n’aura pas l’apport lacté suffisant pour couvrir 100% de ses besoins nutritionnels. De ce fait, s’il ne réveille plus la nuit pour manger, il puisera progressivement dans ses réserves. Ce qui aura pour effet de casser la courbe de croissance.

Nous travaillons en étroite collaboration avec l’équipe @hamstouille_bebe pour vous accompagner et vous guider sur le rythme de votre enfant. 

Comment s'y prendre pour allonger progressivement les nuits de bébé ?

Pour aider votre bébé à faire ses nuits, soyez attentive à son alimentation en journée. En lui proposant plus régulièrement le sein ou des petits biberons, l’apport lacté en journée sera intensifié. De ce fait il aura moins besoin de se nourrir la nuit. Pour les bébés au biberon, n’hésitez pas à mettre en place une méthode plus physiologique pour le nourrir. La méthode « Paced bottle feeding » est idéale pour respecter la satiété de bébé. Elle consiste à le tenir bien droit en lui proposant le biberon à l’horizontale afin qu’il fournisse un effort pour téter. Il boira ainsi moins vite, à son rythme. Il prendra certainement des quantités moins importantes, c’est normal. N’hésitez pas à lui proposer plus souvent. Lorsque vous démarrez la diversification alimentaire de bébé, continuez à lui donner son lait, il reste l’aliment principal durant sa première année de vie.

 

Vers 3/4 mois, un bébé va aussi commencer à beaucoup s’éveiller et à s’intéresser au monde qui l’entoure. De ce fait, il peut téter de manière beaucoup moins efficace. Il ne faut pas hésiter à s’isoler au calme, dans la pénombre, pour le nourrir afin d’éviter les stimulations.

 

À quel moment un bébé n'a t-il plus besoin de manger la nuit ?

Si votre enfant n’est pas diversifié et qu’il boit 700 à 800 ml de lait dans la journée, il n’a normalement pas besoin de manger la nuit. S’il est diversifié et mange de tout, qu’il a bien 4 repas par jour et 500 à 600ml de lait par jour, il n’en a plus besoin non plus. S’il se réveille la nuit, il peut s’agir d’un micro réveil. Votre enfant change de cycle de sommeil et commence à s’agiter. S’il pleure, attendez quelques minutes avant d’intervenir, il se rendormira probablement seul, à condition qu’il en soit capable. En effet, si votre bébé a besoin de vous pour s’endormir, que ce soit aux bras ou au sein, cela devient sa stratégie d’endormissement principale. Il aura ainsi besoin de retrouver les mêmes conditions pour se rendormir à nouveau.

En matière d’endormissement, il n’y a pas une seule façon de faire. Fiez-vous à votre ressenti et accompagnez bébé autant que nécessaire. L’endormissement autonome est une grande étape dans le développement de votre enfant. Il est tout à fait possible de le mettre en place progressivement dès les premières semaines mais ce n’est pas la seule façon de faire ! En cas de besoin, nous sommes là pour vous guider dans vos choix.

Comment favoriser un endormissement autonome ?

Si vous souhaitez l’accompagner vers plus d’autonomie, il est important que vous soyez avant tout convaincue que cela va fonctionner. En étant sûre de vous, votre enfant se sentira davantage en confiance. Pour favoriser un endormissement autonome, vous pouvez mettre en place ce rythme pour votre bébé : téter/jouer/dormir/recommencer… À la naissance, les temps d’éveil sont très courts. Ainsi, à chaque fois qu’il se réveille, proposez-lui le biberon ou le sein, puis un moment de partage et très vite un change puis un câlin avant de le poser dans son lit. Nous recommandons d’alterner les modes d’endormissement. En portage, en poussette et au lit afin que bébé s’adapte et s’endorme dans différentes conditions. L’endormissement autonome prend du temps et nécessite un accompagnement bienveillant de la part des parents. Avec amour, patience et constance, on y arrive toujours !

Que faire si bébé a un besoin de succion important ?

Il est important de savoir que le besoin de succion est un réflexe archaïque qui disparait vers 4 mois. Ensuite, ce réflexe laisse place à un besoin d’apaisement pour se réconforter et s’endormir. C’est pour cette raison que bébé peut réclamer le sein pour se rendormir. Si vous souhaitez aider votre bébé à faire différemment, demandez au deuxième parent de l’accompagner pour l’endormissement. En effet, bébé saura qu’avec ce parent, il n’aura pas de lait. Un long câlin suffira sûrement pour le rassurer et le calmer.

Est-ce que certains aliments favorisent ou empêchent le sommeil ?

De manière générale, on ne peut pas vraiment dire que certains aliments favorisent ou empêchent le sommeil d’un enfant. La caféine (présente en grande quantité dans le chocolat) ou les fruits riches en vitamine C peuvent perturber l’endormissement mais cela reste extrêmement rare. Cependant, les excès alimentaires peuvent jouer sur le système digestif, notamment si la diversification se fait trop rapidement et/ou avec des aliments ingérés en trop grande quantité. Il arrive aussi parfois qu’un enfant fasse une allergie ou une intolérance à un aliment sans que ses parents s’en aperçoivent dans l’immédiat. C’est parfois le cas pour l’intolérance au gluten. De ce fait, le sommeil peut être compliqué.

Attention également aux farines infantiles, bien souvent inutiles (sauf dans de très rares cas : bébé ne veut pas boire liquide / il a besoin d’énergie). On pense souvent à tort qu’il faut mettre des céréales dans le biberon du soir pour que bébé fasse ses nuits. En réalité, elles sont à éviter car elles ne présentent aucun intérêt nutritionnel pour bébé, faussent ses sensations de faim et sont difficiles à digérer.

Faites-vous confiance ♡

Pour le sommeil de votre enfant comme pour son alimentation, faites-vous confiance et soyez patients. Prenez du temps pour l’observer afin de comprendre ce dont il a besoin. En effet, le rythme d’un bébé change très vite et nécessite des ajustements réguliers. C’est en étant à son écoute et en apprenant à détecter les signes qu’il vous envoie que vous pourrez trouver le juste équilibre entre alimentation et sommeil. 

Retrouvez plus d’informations sur l’alimentation de bébé sur le site hamstouille.fr. Une équipe de diététiciennes spécialistes de la petite enfance répond à toutes vos questions et vous accompagne pour la diversification alimentaire de bébé (purée et DME).  Julie et son équipe sont aussi sur Instagram @hamstouille_bebe !

Pour le sommeil comme pour l’alimentation, se faire accompagner permet d’être plus serein face aux challenges de la parentalité ! Nous sommes là pour vous aider

 


La Nuit Des Petits
, c’est une équipe de consultantes en sommeil certifiée pour vous accompagner en fonction de votre problématique et de vos objectifs. 

 

Votre bébé rencontre des difficultés d’endormissement ? Il se réveille fréquemment la nuit ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul(e). Pour faire le point sur votre situation, n’hésitez pas à réserver votre première consultation gratuite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *